GRANDPERRET Patrick

réalisateur

Biographie

Né en 1946 à  Saint-Maur, Patrick Grandperret est diplômé de l’ESSEC. Très tôt féru de moto, il dispute avec ses amis Patrick Pons et Bernard Fau les épreuves de la Coupe Kawasaki en 1972 et 1973.

De 1974 à  1977, il allie sa passion des sports mécaniques au cinéma puisqu’il réalise et produit des courts et moyens métrages qui comptent comme autant de documentaires sur le monde de la vitesse. Après quoi, il devient assistant-réalisateur sur des longs métrages comme Le Voyage de noces et Un Innocent, tous deux de Nadine Trintignant, La Dentellière de Claude Goretta, Passe ton bac d »ord et Loulou de Maurice Pialat.

En 1981, il obtient le prix Jean-Louis Bory pour la son premier long métrage, Court-circuits, puis le prix Jean Vigo et celui du Festival de Belfort avec le second : Mona et moi. De ces deux films, on retiendra le souci d’authenticité et la volonté marquée de jouer sur le mode documentaire, d’où émerge un sentiment très fort de liberté, tant dans le ton que dans le jeu des acteurs. à  cela, il ne faut pas manquer d’ajouter des qualités propres au cinéma de Patrick Grandperret comme le refus du psychologisme et une narration erratique.

En 1989, il réappara’eet et prend tout le monde à  contre-pied en nous entra’eenant en Côte d’Ivoire pour l’adaptation d’un roman de René Guillot,  » Sirga la lionne « . Ce sera L’Enfant lion. à  travers cette belle histoire d’amitié entre une lionne et un enfant noir, c’est une Afrique poétique mais bien réelle qu’il décide de nous montrer. Certainement tombé sous le charme de ses grands espaces et de sa culture, il décide d’y revenir trois ans plus tard pour réaliser Le Ma’eetre des éléphants (autre roman de René Guillot), sorte de deuxième volet de ce qu’il conviendrait d’appeler son diptyque africain.

«  J’ai été heureux de voir qu’un public assez large réservait un bon accueil à  mon film précédent, tout en ayant conscience des faiblesses du scénario. Je voulais approfondir cette esquisse, et poser ma caméra autant sur les visages que sur les animaux. Les circonstances ont fait que j’ai encha’eené les deux sujets, ce qui n’était pas prévu au départ, car je devais tourner plus tôt une adaptation de Boileau-Narcejac. « 

Fidèle à  la terre comme aux hommes, c’est encore en Afrique et avec Jacques Dutronc qu’il réalise Les Victimes, en 1996. Puis réalise un téléfilm, Inca de oro, coproduit par Arte pour la collection  » Terres étrangères « .

Filmographie

Courts et moyens métrages

  • 1974 La coupe Kawasaki (Regard sur Jean-Pierre Beltoise)
  • 1975 Le Crime de Monsieur Marcel
  • 1976 La Grande Aventure de l'automobile
  • 1981 La Rentrée des classes

    Longs métrages

  • 1981 Court-circuits
  • 1989 Mona et moi
  • 1992 L'Enfant lion
  • 1995 Le Ma'eetre des éléphants
  • 1996 Les Victimes
  • 1997 Inca de Oro (tv film, collection "Terres étrangères)
  • 1999 Couleur Havane (tv film, collection "Terres étrangères)
  • 2000 Viens mon ange (cm)
  • 2000 Révolution (cm)
  • 2000 Partenaires (cm)
  • 2000 L'air et le feu (cm)
  • 2000 La conteuse (cm)
  • 2002 Le Fils du dieu de l'orage
  • 2005 Le Baobab
  • 2006 Meurtrières

    Mise à jour le 6 mai 2009