Sentiers de la gloire (Les)

États-Unis (1957)

Genre : Drame historique, Guerre

Écriture cinématographique : Fiction

Lycéens et apprentis au cinéma 2015-2016

Synopsis

France, 1916. Tandis que la guerre s’est enlisée dans les tranchées, le général Mireau reçoit l’ordre de donner l’assaut sur une position allemande imprenable. Sur le champ de bataille, le régiment mené par le colonel Dax peine à avancer, sans cesse repoussé par les tirs ennemis jusqu’à devoir finalement se replier avec de lourdes pertes. Furieux, Mireau ordonne à l’artillerie de tirer sur ses hommes, mais le capitaine refuse d’exécuter l’ordre. Pour sanctionner la déroute, les chefs décident de traduire trois soldats du régiment devant un tribunal de guerre, certains qu’ils seront fusillés pour lâcheté. Afin d’empêcher le massacre, Dax choisit de défendre ces hommes face à la cour…

« LE FILM POLITIQUE LE PLUS IMPORTANT DU VINGTIÈME SIÈCLE. »
David Simon, créateur de la série télévisée The Wire : Sur écoute

Premier chef d’œuvre de la carrière de Kubrick, Les Sentiers de la gloire se définit comme un anti-film héroïque, diatribe désespérée et virulente contre le système de guerre. En racontant l’histoire de soldats condamnés à mort pour avoir refusé de mourir au front, Kubrick fustige l’armée et décrit les rouages absurdes mais inéluctables de la hiérarchie martiale. Tourné en Allemagne, le film impressionne par sa reconstitution des tranchées et la performance magistrale livrée par Kirk Douglas en colonel révolté contre le cynisme et la manipulation des masses. A l’époque, on reprocha à la charge politique son pessimisme et son antipatriotisme. Jugé trop critique envers l’armée, le film ne fut même pas montré en France avant 1975. Aujourd’hui, Les Sentiers de la gloire est devenu un modèle cinématographique incontestable, qui a su dépeindre l’un des plus grands drames de la condition humaine.

Générique

Titre original : Paths of Glory
1957, USA, 88 mn, Noir & Blanc, 1.66:1, VISA : 43 878
Film de Stanley KUBRICK
Avec Kirk DOUGLAS
Ralph MEEKER, Adolphe MENJOU,
George MACREADY, Wayne MORRIS, Richard ANDERSON
Scénario de Stanley KUBRICK, Calder WILLINGHAM et Jim THOMPSON
D’après le roman de Humphrey COBB
Produit par James B. HARRIS
Production BRYNA

Vidéos

Quelques nuances de gris

Catégorie :

Le procès fantoche des trois soldats se déroule dans un décor exceptionnel, qui est aussi l’occasion d’un travail particulier des éclairages par l’opérateur de Kubrick, Georg Krause. Entre modernité plate et expressionnisme signifiant, on décrit quelques nuances des lumières du début de la séquence.
Cyril Beghin

La meilleure façon de marcher

Catégorie :

L’une des plus célèbres scènes des Sentiers de la gloire montre Kirk Douglas parcourant les tranchées, juste avant l’assaut contre les positions allemandes. L’analyse de cette scène permet d’y relever une logique particulière du champ-contrechamp, et l’importance de la marche comme action fatidique dominant l’ensemble du film.
Cyril Beghin

Outils

Web
http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/dossier_sentiers.htm
Dossier du CNDP autour du film avec des images commentées

http://carlottavod.com/fiche/sentiers-de-la-gloire-les
2 extraits du film, interview de l’épouse de Stanley Kubrick, entretien avec le producteur Jan Harlan et Pierre Berthomieu, spécialiste du cinéma hollywoodien

http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/les-sentiers-de-la-gloire.html
Critique du film

http://studentsforliberty-paris.fr/les-sentiers-de-la-gloire/
Analyse du film

http://www.iletaitunefoislecinema.com/memoire/2124/le-cinema-de-stanley-kubrick
Retour sur le cinéma de Stanley Kubrick

http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/fiche-cycle/stanley-kubrick,317.html
Rétrospective intégrale de Stanley Kubrick par la Cinémathèque française

Ouvrages
Stanley Kubrick, Michel Ciment, édition Calmann-Levy, 2011
Le feu : journal d’une escouade, Henri Barbusse, édition Folio, 2007
A l'ouest rien de nouveau, Erich Maria Remarque, édition Lgf, 1990

Films sur la même thématique
J'accuse (1919)
A l'ouest rien de nouveau (1930)

 

Commentaires