Mouche (La)

États-Unis (1986)

Genre : Fantastique

Écriture cinématographique : Fiction

Archives lycéens, Lycéens et apprentis au cinéma 2010-2011

Synopsis

Seth Brundle, un scientifique brillant et solitaire, confie à Veronica, une journaliste rencontrée lors d’une réception, qu’il a mis au point une invention révolutionnaire : la téléportation. Il l’invite dans son laboratoire ; Veronica tient là un article exceptionnel. Seth Brundle décide de se téléporter lui-même et elle lui demande d’être le témoin de l’expérience. Mais la téléportation échoue et le scientifique fusionne avec une mouche.

Générique

Titre original : The Fly
Réalisation : David Cronenberg
Scénario : Charles Edward Pogue et David Cronenberg d’après une nouvelle de Georges Langelaan
Image : Mark Irwin
Son : Bryan Day, Michael Lacroix
Musique : Howard Shore
Décors : Elinor Rose Galbraith
Montage : Ronald Sanders
Production : Stuard Cornfeld Brooks-films
Couleurs
Durée : 1h45
Sortie en France : 21 janvier 1987
Interprétation :
Seth Brundle / Jeff Goldblum
Veronica Quaife / Geena Davis
Stathis Borans / John Getz
Tawny / Joy Boushel
Dr Cheevers / Leslie Carlson
Marky / George Chuvalo
Le gynécologue / David Cronenberg
Le deuxième homme dans le bar / Michael Copeman
L’infirmière / Carol Lazare
L’employé / Shawn Hewitt

Autour du film

The Fly est un film qui a déjà existé puisqu’en 1958 Kurt Neumann réalise La Mouche noire. Mais Cronenberg, avec une grande lucidité, a su éviter tous les pièges du remake. Le cinéaste a vu le film de Neumann alors qu’il avait 15 ans et dit en avoir apprécié le côté « série B », mais qu’à cette époque la censure était trop forte : « On ne pouvait que suggérer ». La Mouche n’est donc pas un simple remake, il y a une vrai réflexion sur l’organe et l’organisme, où finit l’un et où commence l’autre ; grande question du cinéma de Cronenberg. « Chez Cronenberg, la nécessité du passage au film relève de l’analyse, d’un mécanisme de transfert (…) et de ce point de vue, The Fly est également une histoire de téléportage : la transmission d’une matière vivante d’un point A à un point B (…). Le téléport d’un point à un autre, c’est celui du cinéaste vers son film, de l’acteur à son personnage, du corps filmé et enregistré par une caméra-ordinateur, point par point, atome par atome, et recomposé ailleurs sous la forme d’une image de ce corps. »

Charles Tesson, Cahiers du Cinéma 1987

Pour Cronenberg le film portait davantage sur le vieillissement et son irréversibilité que, comme beaucoup ont pu le pensé, sur les ravages du SIDA. Seth Brundle (un Jeff Goldblum tout simplement indépassable), malade en voiture, a inventé sa machine à téléporter pour précisément ne plus avoir à utiliser les moyens de transports ordinaires. Les airs d’adolescent passionné d’informatique qu’il dégage lors de sa rencontre avec la journaliste Veronica précédent la version plus épanouie de la même personne : leur collaboration s’étendra jusque dans la chambre à coucher. Leur projet : documenter les expérimentations de Brundle jusqu’à ce qu’il parvienne à téléporter un être humain (la machine n’étant pas tout à fait au point) afin d’en faire un livre. Mais Stathis Boran, rédacteur en chef du magazine Particule et ex-petit ami de Veronica, vient semer la pagaille en harcelant celle-ci. Un soir de célébration, Veronica quitte momentanément Brundle qui, grisé et mélancolique, décide de se téléporter lui-même. Avec une mouche comme compagnon de voyage…

Trois personnages, une mouche et un babouin : hormis quelques scènes, c’est avec cet effectif que Cronenberg a construit La Mouche. La théâtralité du récit lui permet d’élaborer la relation triangulaire entre les protagonistes (réduits à peu d’espace) et d’augmenter l’intensité des crises de jalousie respectives. L’entrepôt, qui sert à la fois de laboratoire et d’habitat à Brundle, est imposé d’emblée comme le lieu principal du film. Il sera d’ailleurs exploré de long en large : Brundle-Mouche, transformé, grimpe sur les murs, épie du toit, etc. Même l’entre-deux (d’un « telepod » à l’autre), la dimension invisible aux yeux du spectateur, ne peut échapper à Brundle, demi-dieu. Cronenberg réussit ainsi à épuiser visuellement les possibilités du huis clos. (…) Aujourd’hui, La Mouche n’a perdu ni son éclat ni sa poésie et reste actuel tout en étant parfaitement témoins des tracas de l’Amérique des années 1980, exposées au grand jour : nouvelle maladie (SIDA), drogues (l’effet cocaïne/amphétamine que produit le sucre dans le cas de Brundle), question de l’avortement. Si sa vision n’était pas aussi éprouvante, on en redemanderait presque !

Donald Devienne , Critikat 1er juillet 2008

Vidéos

Un appétit de mouche

Catégorie :

Souvent, autour de la trame principale d’un récit, viennent se greffer des trames sous-jacentes qui l’éclairent et l’enrichissent. Dans La Mouche, on peut par exemple suivre le parcours de la nourriture tout au long du film. Cette lecture permet d’en savoir plus sur le personnage principal, tout en suivant la courbe dramatique du film, depuis la drague au capuccino jusqu’à la déchéance de Brundlefly dans un appartement inondé de déchets et d’emballages de sucreries.

Cette vidéo a été conçue en complémentarité avec le texte « Nourriture », en page 18 du livret enseignant Lycéens et apprentis au cinéma.
Réalisation : Centre Images

Spiderman vs. La Mouche

Catégorie :

Dans le bestiaire des hommes mutants, inépuisable au cinéma, Seth Brundle côtoie un certain Peter Parker, le héros de Spiderman porté à l’écran par Sam Raimi en 2002. Si la tonalité des deux longs métrages diffère – La Mouche relève du film d’horreur et de la fiction tragique, Spiderman du film de super-héros et du teen movie –, les trajectoires de Seth et de Peter se croisent à leurs manières. De l’homme-mouche à l’homme-araignée, les échos ne manquent pas, et les écarts de représentation sont tout aussi passionnants à observer.

Cette vidéo a été conçue en complémentarité avec les textes « Insoutenable légèreté » et « L’âge ingrat », en pages 13 et 15 du livret enseignant Lycéens et apprentis au cinéma.
Texte : Guy Astic Réalisation : Centre Images