Oubliés (Les)

Allemagne, Danemark (2015)

Genre : Drame historique, Guerre

Écriture cinématographique : Fiction

Lauréats du Prix Jean Renoir, Lycéens et apprentis au cinéma 2018-2019, Prix Jean Renoir des lycéens 2016-2017

Synopsis

1945. Danemark.
Fin de la Seconde Guerre Mondiale.
Plusieurs soldats allemands, à peine sortis de l’adolescence, sont faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés en première ligne pour désamorcer les mines enfouies le long de la côte. Pour eux, la guerre est loin d’être terminée. Inspiré de faits réels, Les Oubliés raconte cet épisode tragique de l’Histoire.

Distribution

Roland Møller : Sgt. Carl Rasmussen
Mikkel Boe Følsgaard : Lt. Ebbe Jensen
Laura Bro : Karin
Louis Hofmann : Sebastian Schumann
Joel Basman : Helmut Morbach
Oskar Bökelmann : Ludwig Haffke
Emil Belton : Ernst Lessner (comme Emil Buschow)
Oskar Belton : Werner Lessner (comme Oskar Buschow)
Leon Seidel : Wilhelm Hahn
Karl Alexander Seidel : Manfred
Maximilian Beck : August Kluger
August Carter : Rudolf Selke
Tim Bülow : Hermann Marklein
Alexander Rasch : Friedrich Schnurr
Julius Kochinke : Johann Wolff
Aaron Koszuta : Gustav Becker
Levin Henning : Albert Bewer
Mads Riisom : Peter
Michael Asmussen : sergent danois
Magnus Bruun : soldat danois
Nicholas Hejl : soldat danois
Mark Kammer : soldat danois
Vitali Kronberg : soldat
Mette Lysdahl : Nurse Lone Nielsen
Johnny Melville : Officer Givens
Anthony Straeger : Officer Garth
Kim Winther : soldat danois
Zoe Zandvliet : Elisabeth, la fille de Karin
Thomas Østergaard : soldat britannique

Générique

Production : Malte Grunert, Mikael Chr. Rieks
Production exécutive : Torben Majgaard, Daniel Baur
Production déléguée : Arno Neubaue, Louise Birk Petersen

Réalisation : Martin Zandvliet
Scénario : Martin Zandvliet
Directeur de la photographie : Camilla Hjelm
Montage : Per Sandholt, Molly Marlene Stensgaard
Musique originale : Sune Martin
Décors : Kay Anthony
Costumes : Stefanie Bieker, Claudia Maria Braun
Maquillage : Barbara Kreuzer
Direction artistique : Seth Turner
Casting : Simone Bär

Durée : 1h41
Langue : Danois, Allemand
Nationalité : Danemark, Allemagne

Autour du film

Que reste-t-il après une guerre ? De la haine et des mines. Dès la première scène des Oubliés (Land of Mine) du Danois Martin Zandvliet, la haine viscérale de l’envahisseur est palpable. Nous sommes au Danemark en mai 1945, quelques jours après la reddition de l’Allemagne nazie. Un soldat danois tabasse les soldats allemands qu’il voit passer dans la rue en criant : « Foutez le camp de mon pays ! ». Il reste cependant des mines, déposées tout le long de la côte ouest du Danemark par les Allemands, parce qu’ils croyaient que c’est là que les Alliés débarqueraient. C’est donc à eux qu’il incombe de les enlever. Les Oubliés, qui faisait partie des films qui ont suscité le plus d’impatience et de débats au dernier Festival de Toronto, à présent en compétition à la 10ème Fête du cinéma de Rome, revient sur un sombre épisode de l’Histoire danoise, un chapitre peu connu, ignoré des manuels d’Histoire : le sort des deux mille et quelques prisonniers allemands qui ont été obligés pendant de longs mois, après la guerre, de débarrasser les plages danoises des plus de deux millions de mines qui s’y trouvaient cachées. Il s’agissait de jeunes entre 15 et 18 ans, c’est-à-dire d’adolescents qui n’avait qu’une hâte : rentrer chez eux, embrasser leur maman et bien manger, enfin. Seule une moitié d’entre eux sont ressortis vivants.

Le sort qu’a fait le Danemark à ces jeunes gens, en accord avec les Anglais, n’est rien de moins qu’un crime de guerre : la Convention de Genève de 1929 interdisait d’utiliser les prisonniers pour des activités dangereuses. Pour contourner la norme, les jeunes soldats ont simplement été requalifiés de “personnes s’étant volontairement rendues à l’ennemi ». Dans le film de Zandvliet, la tragédie historique est racontée avec précision, impitoyablement, avec une bonne dose de tension. On y voit quatorze garçons affectés au déminage et amenés sur une splendide plage de sable blanc et de dunes où ils vont devoir passer trois mois pour mener à bien leur tâche. Ils sont supervisés par le sergent Rasmussen (Roland Møller), une homme plein de rancoeur contre les Allemands, après cinq ans d’occcupation. Les conditions de vie qui leur sont imposées sont inhumaines : la nourriture est frugale et la moindre seconde d’inattention peut leur coûter la vie. La caméra observe de très près ces garçons aux visages tellement jeunes et beaux, scrutant leurs émotions, leurs espoirs pour le futur, mais elle capte également le conflit intérieur du sergent Rasmussen qui, derrière ses façons brutales et sa cuirasse de militaire rancunier, apparaît de plus en plus troublé – « Vous m’avez trompé. Il fallait me dire que ce n’était que des enfants ! », finit-il par hurler devant son capitaine, Ebbe (Mikkel Boe Følsgaard), un homme inflexible dans sa cruauté. Ici, les monstres ne sont pas les Allemands, mais l’armée danoise.

Les Oubliés nous raconte ce qui arrive au lendemain d’une guerre. Il nous offre un récit sur la survie, mais aussi le pardon, la rédemption, l’humanité retrouvée. Les jeunes acteurs qu’il a choisis (Louis Hofmann de Tom SawyerJoel Basman du dernier Dresen, As We Were Dreaming, qui lui a valu un Prix du cinéma allemand en tant que meilleur acteur dans un second rôle, et les jumeaux débutants Emil et Oskar Belton) sont formidables et livrent des performances pleine d’intensité dramatique. Le film ayant été tourné presque entièrement de jour, la lumière chaude du soleil (photographiée par Camilla Hjelm Knudsen) sert de contrepoint à la noirceur de l’histoire. Tout du long, on reste avec ces jeunes et on espère très fort qu’ils pourront rentrer chez eux. Pour une fois, on soutient les Allemands, parce qu’une bande d’adolescents n’a pas à payer pour toute une nation, du moins elle n’aurait pas dû.

Les Oubliés a été produit par Amusement Park Films, Nordisk Film et K5 International, qui s’occupe également des ventes internationales du film. En Italie, il sera distribué par Notorious Pictures.

Traduit de l’italien par Vittoria Scarpa, Cineuropa
cineuropa.org

Vidéos

Outils

Dossier de presse et dossier pédagogique sur le site du distributeur :
http://www.bacfilms.com/distribution/film/LES-OUBLIS

Commentaires