Gloria

États-Unis (1980)

Genre : Policier

Écriture cinématographique : Fiction

Archives lycéens, Lycéens et apprentis au cinéma 2011-2012

Synopsis

Jack Dwan, comptable de la Mafia, a remis au FBI une liste de personnalités compromises. Il craint pour sa vie et celle de sa famille. Lorsque Gloria, la voisine, en manque de café, vient sonner à leur porte, il a l’idée de lui confier son fils, Phil, qui ainsi échappera peut-être à la mort qui lui semble promise. Réticente, Gloria accepte à contrecoeur et emmène Phil auquel son père a confié un livre important. Quelques instants plus tard la fusillade éclate. Gloria et Phil partent dans les rues de New York. ..

Générique

Titre original : Gloria
Réalisation : John Cassavetes
Scénario : John Cassavetes
Image : Fred Schuler
Musique : Bill Conti
Montage : George C. Villasenor
Son : Danny Rosenblum, James Perdue
Décors : René D’auriac
Costumes : Peggy Farrell, Emmanuel Ungaro
Production : Columbia Pictures Corporation
Distribution : Mission Cinéma Distribution

Sortie en France : 31 décembre 1980Couleurs
Durée : 2h03
Interprétation
Gloria Swenson / Gena Rowlands
Phil Dawn / John Adames
Jack Dawn / Buck Henry
Jeri Dawn / Julie Carmen
Margarita Vargas / Lupe Guarnica
Le barman / Lawrence Tierney

Grand prix du Festival de Venise 1980

Autour du film

Un hymne à la déraison que Cassavetes a mis du temps à assumer. Le public lui donna pourtant rapidement tort.

Gloria, plus encore qu’un road-movie, est le film d’une fuite en avant. Celle d’une femme flanquée d’un gosse. Le gosse n’est pas d’elle, elle ne l’avait jamais vu : elle était venue chercher du café. (…) Pourquoi Gloria choisit-elle de s’embarquer dans une telle galère, de sauver ce môme qui se précipite dans ses bras ? Comme toujours chez Cassavetes, cinéaste des flux, les corps sont pris de vitesse : la rythmique illogique des pulsions a pris le pas sur la raison. Cinéma déraisonnable, il dessine ici une course dans un New York qui semble tout à coup minuscule, irrespirable, grand comme un village. Un New York qui rétrécit au fur et à mesure des séquences : il est peut-être là, l’anti-road-movie.

Pour jouer Gloria, l’ancienne danseuse de cabaret, la fille qui connaît si bien la mafia pour n’avoir eu que des mecs du milieu pour amants, et qui avait pourtant fermement décidé de rompre avec toutes ses attaches pour ne plus vivre qu’entre chats et souvenirs, Cassavetes choisit sa muse et compagne Gena Rowlands. Le film ne porte pas pour rien un prénom féminin : il est, dans le tourbillon de sa course négative, un portrait de femme, de femme malgré tout. Celle qui ne voulait pas d’enfants se retrouve prête à mourir sous les balles pour sauver la peau d’un petit voisin qu’elle n’avait jamais vu. La vie vient d’entrer de force dans le schéma ordonné derrière lequel elle s’était barricadée.

Chez Cassavetes, il faut un film ­ et peu importe qu’il finisse bien ou qu’il finisse mal ­ pour que les personnages se révèlent à eux-mêmes au fur et à mesure que le récit avance. Leurs actions sortent du cadre de toute prévision, ils empruntent des voix inédites, prennent tous les risques, n’agissent plus que pour en apprendre long sur eux-mêmes. La caméra ne loupera rien, qui ici colle l’enfant apeuré, à son tour enchaîné à Gloria. Et nous, avec eux, essoufflés.

Cassavetes a mis du temps avant d’accepter Gloria. Il a longtemps décrié le film, le considérant comme un «accident» à l’intérieur de sa filmographie. Il ne faut pas écouter les cinéastes : ils sont bien moins placés qu’on ne le croit pour juger de leurs oeuvres. Les raisons pour lesquelles Cassavetes rechignait à Gloria sont connues : c’est pour lui le film d’un retour au centre, d’une réconciliation forcée avec les studios de Hollywood qu’il ne fréquentait plus en tant que cinéaste depuis le début des années 60. Le scénario était au départ une commande de la MGM, qui en laissera les droits à la Columbia. Quand celle-ci sollicite fermement Cassavetes pour qu’il le réalise en plus de l’avoir écrit, l’auteur de Husbands se fait prier. Il cède pour des raisons alimentaires et doit se plier à une planification du travail qui est le contraire même de sa méthode (il laissait la part belle à l’improvisation, au surgissement). Gena/Gloria est pour son film non seulement une héroïne, mais également une alliée. A deux, pensait-il, on tiendra peut-être tête aux studios. Gloria remportera le lion d’or à la Mostra de Venise en 1980. Devant l’effet tétanisant que produit Gloria sur le spectateur, personne ne peut supputer la moindre trahison de Cassavetes envers son cinéma.

Philippe Azoury / Libération 9 janvier 2008

John Cassavetes filme une réalité nue et violente, celle de la grande ville. Dans cet immense dédale urbain, le polar éclôt presque naturellement : l’assassinat d’une famille par la Mafia, la traque d’une femme et d’un enfant… New York palpite au rythme de guérillas privées, dont le déchaînement paraît soudain presque ordinaire. L’histoire d’amour et d’apprivoisement que le cinéaste insère dans cette frénésie est, elle, exceptionnelle. Gloria, personnage ambigu, ­volontaire, jusqu’alors résolument égoïste, s’attache peu à peu à un inconnu de 6 ans. Un mini macho qui l’énerve et l’émeut comme un vrai amoureux.

A eux deux, peu à peu, ils recréent dans leur fuite une cellule originelle, une forme étrange de foyer. Contre une armée d’ogres terriblement réels, toute la dureté de Gloria devient un rempart de dévouement téméraire, de générosité. Cassavetes livre ici un merveilleux discours sur l’amour, choix irréversible, à la fois source de vie et de danger. Il offre à Gena Rowlands, son épouse et actrice fétiche, l’un de ses plus beaux rôles, une Gloria toute simple, bourrue et sublime. Un chef-d’oeuvre.

Cécile Mury / Télérama 29 janvier 2011

Vidéos

De Swanson à Swenson

Catégorie :

Profitant d’un moment d’inattention de Gloria, Phil s’est enfui. Un bulletin d’information télévisée évoque alors le massacre de sa famille. Dans la version originale, le journaliste souligne non pas que le nom de Gloria Swenson « ressemble » à celui de Gloria Swanson, comme il est dit dans la version française, mais qu’il a été forgé sur le modèle de ce dernier. Le personnage de Gloria interprété par Gena Rowlands est donc censé avoir repris le nom, à une lettre près, de cette Gloria Swanson tellement célèbre que le journaliste ne précise pas qui elle fut.


Cette vidéo a été conçue en complémentarité avec la rubrique ACTEURS en page 3 du livret enseignant Lycéens et apprentis au cinéma.

Texte et réalisation : Jean-François Buiré, Centre Images.

Devenir américain

Catégorie :

Dans cette œuvre métissée qu’est Gloria, John Cassavetes ne prend pas pour argent comptant les composantes du thriller hollywoodien et de l’imaginaire américain : dès le début du film, il les soumet à l’épreuve du réel qu’il met en scène et se les approprie à sa façon.


Cette vidéo peut être visionnée en complément du texte « Manœuvres d’approche » en page 16 du livret enseignant Lycéens et apprentis au cinéma.
Texte et réalisation : Jean-François Buiré, Centre Images.

Commentaires