Coraline

États-Unis (2009)

Genre : Fantastique

Écriture cinématographique : Film d'animation

Collège au cinéma 2018-2019

Synopsis

Coraline Jones est une fillette intrépide et douée d’une curiosité sans limites. Ses parents, qui ont tout juste emménagé avec elle dans une étrange maison, n’ont guère de temps à lui consacrer. Pour tromper son ennui, Coraline décide donc de jouer les exploratrices. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement identique au sien… mais où tout est différent. Dans cet Autre Monde, chaque chose lui paraît plus belle, plus colorée et plus attrayante. Son Autre Mère est pleinement disponible, son Autre Père prend la peine de lui mitonner des plats exquis, et même le Chat, si hautain dans la Vraie vie, daigne s’entretenir avec elle. Coraline est bien tentée d’élire domicile dans ce Monde merveilleux, qui répond à toutes ses attentes. Mais le rêve va très vite tourner au cauchemar. Prisonnière de l’Autre Mère, Coraline va devoir déployer des trésors de bravoure, d’imagination et de ténacité pour rentrer chez elle et sauver sa Vraie famille…

Générique

Réalisation : Henry Selick
Scénario : Henry Selick d’après le roman homonyme de Neil Gaiman
Direction artistique : Phil Brotherton, Lee Bo Henry, Tom Proost
Photographie : Pete Kozachik
Montage : Christopher Murrie, Ronald Sanders
Musique : Bruno Coulais
Production : Claire Jennings, Bill Mechanic, Mary Sandell, Henry Selick
Sociétés de production : Laika, Pandemonium
Durée : 100 minutes

Autour du film

Coraline est un film d’animation repéré par la critique et récompensé notamment du prix Cristal du long métrage au festival d’Annecy en 2009. Comme les précédents films du réalisateur Henry Selick, les décors, le récit et l’animation témoignent d’un travail soigné, subtil et ambitieux. À l’instar de ces précédents films, comme L’Etrange Noël de Mr Jack ou James et la Pêche Géante, le cinéaste distille une atmosphère ambigüe, oscillant entre couleurs vives et noirceur inquiétante, loin des visions enjolivées proposées habituellement dans le cinéma d’animation à destination de la jeunesse. Le récit et ses références s’inscrivent dans la tradition du conte noir et des contes de Perrault en les réactualisant. Adapté d’une oeuvre de Neil Gaiman, auteur déjà incontournable de maints classiques de la littérature pour enfants et adolescents, de la bande-dessinée ou du roman pour adultes (Stardust, American Gods, Neverwhere, Sandman, L’océan au bout du chemin, Les loups dans les murs….), Coraline aborde nombre de ses sujets de prédilection, comme le rêve et le fantastique, la famille et l’amitié, l’adversité et la quête de soi, la découverte du monde et son inquiétante étrangeté… Le récit se concentre sur l’aventure de Coraline, adolescente audacieuse et énergique, en conflit avec sa famille. Ouvrant une porte condamnée, elle se retrouve coincée dans un Autre Monde, à la fois identique et contraire du sien, où tout semble dans un premier temps idéal, plus beau, plus tendre, jusqu’à ce que le rêve tourne au cauchemar. Le film flirte alors avec le cinéma fantastique et d’épouvante dont il exploite et convoque l’histoire, les codes et les icônes (comme la maison hantée, les monstres ou les objets qui prennent vie).

Commentaires