Chantons sous la pluie

États-Unis (1952)

Genre : Comédie musicale

Écriture cinématographique : Fiction

Collège au cinéma 2006-2007

Synopsis

A Hollywood, dans les années 20, Don Lockwood est un acteur célèbre. Il forme un couple de cinéma très populaire avec la célèbre Lina Lamont. Lors d’une soirée, Don Lockwood fait la connaissance de Kathy, une danseuse, dont il tombe amoureux, ce qui rend jalouse Lina. Le cinéma qui était muet jusqu’alors devient sonore, ce qui boulverse le monde du cinéma. Désormais, les acteurs doivent parler et Lina a une voix nasillarde, très désagréable.Grâce à des procédés technologiques, Kathy prête sa voix à Lina. Mais finalement, Don Lockwood et le producteur du film dévoilent ces manigances. Kathy est alors reconnue pour ce qu’elle est, une comédienne et chanteuse de grand talent. Le couple Don et Kathy sera heureux et fera…beaucoup de films !

Générique

Titre original : Singin’in the Rain
Réalisation : Stanley Donen et Gene Kelly
Scénario et dialogues : Betty Comden et Adolph Green
Image : Harold Rosson (Technicolor)
Son : Douglas Shearer
Musique : Nacio Herb Brown
Chansons : Nacio Herb Brown et Arthur Freed
Décor : Edwin B. Willis et Jacques Mapes
Production : MGM (Athur Freed)
Distribution : Les Films du Paradoxe
Durée : 1 h 40
Interprétation :
Don Lockwood / Gene Kelly
Cosmo Brown / Donald O’Connor
Kathy Selden / Debbie Reynolds
Lina Lamont / Jean Hagen
R. F. Simpson / Millard Mitchel

Autour du film

La comédie et l’optimisme
Cette comédie musicale écrite sous la contrainte et sans enthousiasme par deux scénaristes qui ne savaient pas trop comment enchaîner les chansons, jadis écrites par leur producteur, est rapidement devenue la comédie la plus célèbre de l’histoire du cinéma, car elle est, sans nul doute, celle de l’optimisme le plus débridé ! Même le producteur est un grand gaillard sympathique et sait reconnaître les talents cachés de la jeune inconnue. Et c’est la star du muet à la voix suraigüe, cette pauvre Lina Lamont, caricature des blondes hollywodiennes, magistralement incarnée par Jean Hagen, qui fait les frais de l’histoire. Mais le film est encore plus retors qu’il en a l’air : Debbie Reynolds /Kathy est doublée quand elle chante, par la chanteuse Betty Royce, alors que c’est la voix de Jean Hagen/Lina qui double Debbie Reynolds quand Kathy est représentée en train de doubler Lina : vertige de l’illusion du cinéma sonore et des simulacres de la postsynchronisation.( …)
Extrait de Allons Z’enfants au cinéma, petite anthologie de films pour un jeune public, éditée par Les enfants de cinéma.

Dans Chantons sous la pluie, j’ai noté quelques détails. Je trouve qu’il n’y a rien de plus phallocrate que ce film. Vous verrez que les femmes n’ont que le droit, soit d’être gourdes et se taire, éventuellement d’être amoureuses et d’avoir du talent – c’est possible – ou sinon d’être fatales et intouchables. Regardez quand même ce second degré. Au niveau de la danse, mes trois étoiles vont au duo Cyd Charisse- Gene Kelly. Vous verrez ce moment incroyable – je ne sais pas comment ils ont tourné cette séquence (…).
Intervention de Daniel Larrieu (chorégraphe) à la Rencontre Nationale Ecole et cinéma, octobre 2002.

La scène et le monde
Chantons sous la pluie est peut-être un film culte parce que c’est un conte et une comédie musicale à la fois optimiste, tonique et particulièrement réussie, parce que ce musical traite bien d’un bouleversement essentiel dans l’histoire du cinéma, le passage au sonore, et aussi parce que le cœur du film, fait de danse, de chant, d’économique, d’observation documentaire, cerne pour une fois bien ce qu’est le travail du cinéma.
Extrait du Point de vue par Carole Desbarats, dans le Cahier de notes sur… édité par Les enfants de cinéma.

Vidéos

Et si on pataugeait devant une école (d’art) ?

Catégorie :

par Carole Desbarats

Pistes de travail

  • Du parlant au muet
    Le cinéma muet est aujourd’hui de plus en plus méconnu, les films sont rarement programmés dans les salles de cinéma et ils ne passent jamais à la télévision. Et comme toute chose que l’on ne connaît pas et sur laquelle l’on peut, en revanche, avoir de forts a priori, l’approche du cinéma muet demande des stratégies de séduction : le visionnement de Chantons sous la pluie peut ouvrir la curiosité des enfants.
    Le cinéma muet a son propre langage. On pourrait s’intéresser au jeu des acteurs dans les films muets. Avec leur gestuelle et leur expression, ils sont en fait très bavards !
  • Kathy, la petite sirène ?
    Il y a des rapprochements à faire entre Kathy et la petite Sirène d’Andersen. Le parallèle est intéressant : certains points se répondent, deux à deux, dans une symétrie frappante mais atténuée.
  • Si on chantait, si on dansait ?
    A partir de la chanson Singing in the rain, les enfants peuvent se familiariser avec l’anglais dans la bonne humeur ! Il est facile aussi d’imaginer une petite chorégraphie avec quelques parapluies comme simples accessoires.

    “I’m singin’ in the rain, just singin’ in the rain
    What a glorious feelin’, I’m happy again
    I’m laughin’ at clouds so dark up above
    The sun’s in my heart and I’m ready for love

    Let the stormy clouds chase ev’ry one from the place
    Come on with the rain, I’ve a smile on my face
    I’ll walk down the lane with a happy refrain
    Just singin’, singin in the rain
    Dancin’ in the rain, dyu du du du du du

    …………I’m happy again I’m singin’ and dancin’ in the rain!”

    (Paroles de Arthur Freed)

    Fiche mise à jour le 24 septembre 2004
    Fiche réalisée par Delphine Lizot, d’après le Cahier de notes sur… écrit par Carole Desbarats, édité par Les enfants de cinéma

Expériences

Comment le muet devint-il parlant ?
Chantons sous la pluie date du milieu du siècle dernier mais raconte une histoire encore antérieure puisqu’elle se déroule en 1927. Au moment où se situe l’action, le cinéma est “ muet ”, cela veut dire que dans les salles, les spectateurs voyaient les images mais que les sons qui les accompagnent (dialogues, musiques, bruits…) n’étaient pas perceptibles. Pour couvrir le bruit de projecteurs qui, eux, se faisaient entendre dans la salle, les films étaient accompagnés au piano dans les petites salles, par un véritable orchestre dans les grandes, en Europe et au Etats-Unis. Au Japon, un conteur placé à côté de l’écran dans la salle, un “ benshi ” racontait l’histoire, au fur et à mesure. Plusieurs fois, depuis 1895, date d’invention du cinéma, des systèmes avaient été imaginés pour rendre les films sonores. En 1927, un film, Le Chanteur de jazz, utilise un de ces systèmes. Le succès public est énorme. A partir de là, très vite, les films ne seront plus tournés sur la seule bande-image mais aussi avec une bande-son. Il faut donc adapter le matériel à la prise de vue (rajouter une cabine-son en particulier) mais aussi à la projection (changer les projecteurs dans toutes les cabines !). Le boulversement est immense. Il met en jeu d’énormes sommes d’argent mais aussi des savoir-faire inconnus jusque là. Comme le montre Chantons sous la pluie, certains acteurs avaient une voix désagréable et seront donc éloignés des films. D’autres n’ont pas su jouer les dialogues… En revanche, le cinéma américain s’est aperçu que le son, c’était aussi la musique et il en a profité pour faire des comédies musicales. Chantons sous la pluie est héritier de cette tradition et rend hommage à ce changement dans l’histoire du cinéma qui rend possible de chanter, sous la pluie ou pas…
Extrait de la carte postale Ecole et cinéma écrite par Carole Desbarats, éditée par Les enfants de cinéma

Outils

Bibliographie

Singing in the Rain., Peter Wollen, Editions du B.F.I, 1992. (en anglais)
Allons z’enfants au cinéma ! Une petite anthologie de films pour un jeune public. Michel Marie, Article, Edition Les enfants de cinéma, 2001
La comédie musicale, Patrick Brion, Editions de la Martinière. 1993
Comédie musicale, Alain Masson, Editions Ramsay Poche Cinéma. 1981
La comédie musicale. Michel Chion, Cahiers du cinéma : Scéren-CNDP, 2002
Du muet au parlant. Collectif. Edité par la Cinémathèque de Toulouse et les Editions Milan. 1988
La voix au cinéma., Michel Chion, Edition Les Cahiers du cinéma, 1982

Web

Fiche ABC Le France - Critiques et entretien avec Stanley Donen (document PDF téléchargeable)
Analyse sur Critikat
Dossier réalisé par l'espace Histoire-Image de la médiathèque de Pessac - Analyse, biographies, historique, etc. (document PDF téléchargeable)
Fiche pédagogique réalisée par Ecole et cinéma 31

Autre

Contes. “La petite sirène”, Andersen. Edition du Livre de Poche. N°4262.

Vidéographie

Chantons sous la pluie, DVD, Edition Collector.2002

Commentaires