Bouton de nacre (Le)

Chili, Espagne, France (2015)

Genre : Autre

Écriture cinématographique : Documentaire

Prix Jean Renoir des lycéens 2015-2016

Synopsis

Le Bouton de Nacre est une histoire sur l’eau, le Cosmos et nous. Elle part de deux mystérieux boutons découverts au fond de l’Océan Pacifique, près des côtes chiliennes aux paysages surnaturels de volcans, de montagnes et de glaciers. A travers leur histoire, nous entendons la parole des indigènes de Patagonie, celle des premiers navigateurs anglais et celle des prisonniers politiques. Certains disent que l’eau a une mémoire. Ce film montre qu’elle a aussi une voix.

Générique

Réalisation: Patricio Guzman
Image: Katell Djian
Montage : Emmanuelle Joly
Assistant à la réalisation : Nicolás Lasniba
Son direct : Álvaro Silva Wuth
Musique originale : Miranda & Tobar, Hugues Maréchal
Directrice de la photographie et caméra : Katell Djian
Durée : 1h22

Autour du film

Un documentaire vibrant qui traque, au travers des saisissants paysages de Patagonie, la mémoire blessée du Chili.

Quel rapport entre l’eau, des tribus indiennes, Pinochet et un bouton de chemise en nacre ? Pour le savoir, il faut voir ce documentaire historique, politique et surtout poétique de Patricio Guzmán. Sans déflorer le film, on peut quand même donner un élément de réponse : la Patagonie chilienne, ce vaste archipel à la pointe australe du continent sud-américain qui se termine au Cap Horn, soit, pour nous, le bout du monde.

Après avoir filmé le désert d’Atacama dans l’extrême nord de son pays (Nostalgie de la lumière, 2010), Guzmán explore ici l’extrême sud, où l’eau remplace le sable. Il part du principe que comme la terre, l’eau a une mémoire. Celle, par exemple, des indigènes qui vivaient là depuis dix mille ans et furent quasiment exterminés par les colons. Ils sont aujourd’hui une vingtaine de survivants de ces peuplades, dont deux figurent dans ce film.

Il y a aussi la mémoire des victimes de Pinochet, tous ces disparus, ces crimes non jugés et non punis, ces cadavres de torturés lestés d’un rail qui furent jetés à la mer par hélicoptère. Guzmán filme l’exhumation d’un de ces rails couvert de rouille et de coquillages, près duquel on a retrouvé un bouton de nacre – peut-être celui d’un supplicié.

Prosaïsme et poésie pure

Le réalisateur alterne le prosaïsme (entretiens avec l’historien Gabriel Salazar ou le poète Raúl Zurita, tous deux torturés) et la poésie pure (extraordinaires vues aériennes de la Patagonie, plans rapprochés sur l’eau, les glaciers, les cristaux de quartz…), le quotidien d’ici-bas et l’éternité du cosmos, la fragilité humaine et la permanence des éléments.

Il fait coexister la logique humaniste du citoyen et l’intuition aléatoire du rêveur, les vitesses asynchrones de l’horloge biologique et de l’horloge géologique, relie ces éléments hétérogènes par l’histoire et la topographie de son pays et par la ferme douceur de sa voix, aboutissant à un film d’une beauté et d’une liberté souveraines.

Puissante aventure des sens

Avec Guzmán, il faut oublier toutes les idées reçues sur le documentaire. Entre Nostalgie de la lumière et ce Bouton de nacre, il a l’art d’emmener ce genre dans des détours singuliers, surprenants, inédits, nous embarquant dans une fragile et pourtant puissante aventure des sens, de la mémoire et de la pensée.

Par Serge Kaganski, Les inrocks

Outils

Film en VOD :
http://www.commeaucinema.com/film/le-bouton-de-nacre,334503

Bande annonce :
http://distrib.pyramidefilms.com/content/le-bouton-de-nacre

Rencontre avec Patricio Guzman, filmer obstinément :
http://www.ina.fr/video/CPD14002228/rencontre-avec-patricio-guzman-filmer-obstinement-video.html

Fiche pédagogique Prix Jean Renoir des Lycéens 2015-2016 :
http://eduscol.education.fr/educnet/pjrl/films/annee-courante/le-bouton-de-nacre/le-bouton-de-nacre/bouton-nacre-fiche-pedagogique.pdf

Dossier pédagogique :
http://distrib.pyramidefilms.com/sites/distrib.pyramidefilms.com/files/zdc_leboutondenacre_aveccorrige.pdf

Dossier de presse :
http://distrib.pyramidefilms.com/sites/distrib.pyramidefilms.com/files/LBN_DP_LD.pdf

Commentaires