Boudu sauvé des eaux

France (1932)

Genre : Comédie

Écriture cinématographique : Fiction

École et cinéma 2004-2005

Synopsis

Entre ses éditions rares, sa femme revêche et sa jeune bonne pleine d’admiration et de tendresse, Edouard Lestingois, libraire à Paris, mène une vie paisible et heureuse. Boudu est un clochard, un vagabond, un solitaire aussi, que la perte de son chien Black désespère, au point qu’il va se jeter dans la Seine, du haut du pont des Arts – c’est-à-dire en face, justement, de la librairie. Lestingois n’hésite pas : il plonge et ramène un Boudu ruisselant qu’il installe, sous l’œil admiratif de sa bonne et des voisins, au beau milieu de son magasin. Or, loin de s’estimer redevable d’un quelconque bienfait, Boudu s’impose d’emblée comme un hôte particulièrement exigeant. Au fil des jours, l’immersion du clochard dans l’intérieur convenable et bourgeois du libraire donne des résultats proprement catastrophiques : totalement ignorant des « bonnes manières », il fait voler en éclats le cadre de vie et les certitudes du libraire, séduit sa femme et, pour finir, parvient même à épouser la jeune bonne Anne-Marie. Pourtant, devenir libraire à la place du libraire n’est pas précisément le rêve de Boudu : le long d’une rive herbeuse, dans la chaleur d’un jour d’été, il partira vers d’autres aventures.

Générique

Réalisation : Jean Renoir
Scénario : Jean Renoir, Albert Valentin, d’après la pièce de René Fauchois
Assistants : Jacques Becker, Georges Darnoux
Image : Marcel Lucien
Son : Kalinowski
Montage : Marguerite Houllé , Suzanne de Troye
Musique : Raphaël, Johann Strauss (Le Beau Danube bleu)
Chanson : Sur les bords de la Riviera, de Léo Daniderff
Production : Société Sirius (Films Michel Simon)
Directeurs de production : Michel Simon, Jean Gehret, M. Pelletier
Tournage : été 1932, au studio d’Epinay, au Bois de Boulogne, sur les quais de la Seine, à Chennevières-sur-Marne
Distribution : Jacques Haik
Durée : 1h22, Noir et Blanc
Première projection publique : au Colisée
Interprétation :
Boudu / Michel Simon
Edouard Lestingois / Charles Granval, de la Comédie Française
Emma Lestingois / Marcelle Hainia
Anne-Marie / Séverine Lerczinska
l’Etudiant / Jean Dasté
Godin / Max Dalban
Vigour / Jean Gehret
le poète sur le banc / Jacques Becker
Rose, la bonne des voisins / Jane Pierson
un canotier sur la Marne / Georges Darnoux

Autour du film

Partant du Boudu sauvé des eaux de René Fauchois, Renoir va réorganiser la pièce, faire éclater le lieu clos de la librairie et recentrer l’histoire sur le personnage de Boudu, avec une fin toute personnelle. Renoir explore une tout autre dimension que celle, convenue, de la pièce. Cette dernière reposait sur une logique dramatique et une vision du monde issues du XVIIIème siècle de Voltaire ; Renoir recrée le modèle en l’inscrivant dans une logique et une vision du monde profondément naturalistes. C’est un milieu social qui détermine les personnages du film, et Renoir, en dotant Boudu d’une « biographie », autorise le recentrage, voire le basculement du film en faveur de ce personnage. A l’intérieur du monde figé du libraire, il joue le rôle du « messager venu d’ailleurs » qui agit comme révélateur des pulsions qui agitent la société respectable des Lestingois ; et, plus important peut-être, s’il définit à lui seul, dans la séquence finale, une plus haute poésie, il se fait également le révélateur de l’aspect dérisoire, mortifère d’une culture qui est « de classe » avant d’être figée. Comme dans toute œuvre naturaliste, la fin de Boudu est une fin ouverte. Si la dernière séquence figure bien le rêve du clochard, Renoir opère en somme un renversement de points de vue : au rêve en carton-pâte du libraire qui ouvre le film, répond la vision sensuelle, ouverte sur le monde, de Boudu.
Rose-Marie GODIER

Vidéos

Au fil de l’eau

Catégorie :

NULL

Pistes de travail

  • L’héroïsme au quotidien
    L’actualité récente rejoint curieusement – à la manière d’une image en miroir – le film de Renoir : le 12 juin 2002, à Saint Quentin (02), deux Guinéens sans papiers ont plongé dans le canal de la Somme, pour sauver de la noyade un jeune handicapé prénommé Cyrille. La famille du jeune garçon les a aussitôt « adoptés » et a permis que soit régularisée leur situation : l’un des deux a obtenu un titre de séjour, qui lui permet de travailler, l’autre a obtenu un statut de réfugié pour dix ans (source AFP).
  • Un clochard, des S.D.F.
    Boudu est un personnage de fiction. Envisager aujourd’hui la réalité d’un tel personnage peut amener à une connaissance de l’autre, l’exclu, celui que l’on nomme pudiquement : le sans domicile fixe – pour oublier qu’il n’a pas que des problèmes de domicile. (Voir : Patrick Declerk, Les Naufragés, coll. Terre Humaine, Plon, 2001.)
  • Les discours de l’exclusion
    Jean Renoir opère un basculement de points de vue. C’est aussi, et surtout, le discours qui fonde l’exclusion. Quelques ouvrages ont entrepris une réflexion critique sur les discours sociaux ou politiques, relatifs à l‘exclusion. (Par exemple : Pierre Bourdieu (sous la direction de ), La Misère du monde, Seuil, 1993.)

    Mise à jour: 16-06-04

  • Expériences

    Si la réalité de guerre avait mis fin à ses rêves de cavalerie, l’insuccès retentissant de Nana en 1926 ne fit qu’affermir Jean Renoir dans son désir de faire du cinéma. Marquitta, Le Tournoi, Le Bled lui ramènent la confiance des producteurs. Tire au flanc (1929) est l’occasion d’une première collaboration avec Michel Simon. Avec l’arrivée du parlant, Renoir accepte d’adapter On purge bébé, de Feydeau, avec Michel Simon. Ainsi peut-il réaliser un projet auquel il tenait : adapter La Chienne de La Fouchardière. C’est par admiration pour Michel Simon, pour le formidable potentiel qui le caractérise – à savoir l’ambiguïté de sentiments, ramassés en une seule expression – que Renoir réalise ce film en 1931. Du roman comique, Renoir ne retient que la trame, ajoute un prologue et un épilogue, et structure le film autour de formes dramatiques savamment enchevêtrées. Le ton tragi-comique de La Chienne ressortit à une sorte d’ironie métaphysique bien absente du roman. Après des débuts difficiles, le film connaît un succès grandissant, qui consacre la collaboration de Jean Renoir et de Michel Simon.

    Aussi, lorsque ce dernier lui apporte Boudu sauvé des eaux (1919), la pièce de René Fauchois, accompagnée de l’assurance d’un financement, Renoir n’hésite pas : les deux hommes s’entendront à entraîner la comédie sur d’improbables chemins de traverse, comme ils avaient déjà adopté – et non pas adapté – La Chienne de La Fouchardière.
    Boudu préfigure, dans la caractérisation des personnages, une vision sociale, qui s’aiguisera avec Toni (1934), et se radicalisera dans des films participant de l’enthousiasme du Front Populaire – jusqu’à La Règle du jeu de 1939. Film naturaliste – en ce sens qu’il présente moins des types humains que les rapports, c’est-à-dire les interactions entre des êtres, vus au travers d’une simple humanité -, Boudu rejoint aussi, en son épilogue, les visions immédiates, et remplies d’une poussière dorée, de Partie de campagne (1936) et du Déjeuner sur l’herbe (1959).

    Ce qui se joue dans le film, c’est moins le conflit entre nature et culture – entre Rousseau et Voltaire – qu’entre raison et sensations. Il s’inscrit, en effet, dans un courant de pensée qui interroge la primauté de la raison. David Hume s’attache ainsi à « examiner les idées en considérant les impressions d’où elles sont tirées ». Car, à ses yeux, la raison doit être appréciée à la mesure de l’expérience, de la pure connaissance des faits. Or, l’impression est la seule forme empirique de connexion entre la réalité extérieure et nous-mêmes. Seules les impressions nous livrent la réalité des choses ; les idées ne sont que « les images effacées des impressions dans la pensée et le raisonnement » . Le naturalisme de Hume a ceci de singulier qu’à une nature, perçue comme essentiellement changeante, correspond l’extrême plasticité de nos impressions et de nos passions : la vérité, la seule que l’on puisse atteindre, est celle d’une relation des choses à nous, une relation des choses à qui les pense. Cette même pensée soutient la peinture de Constable, de Turner : de Delacroix à Manet, en passant par l’école de Barbizon, la peinture moderne s’affirme comme une peinture de la pure perception. Et si quelques générations séparent le philosophe écossais David Hume du cinéaste Jean Renoir, dans ses grandes lignes, et sous-jacent, c’est un même naturalisme qui perdure.

    Outils

    Films

    dans le catalogue Images de la culture
    Jean Renoir le patron de Jacques Rivette
    Direction d'acteur par Jean Renoir (La) de Gisèle Braunberger
    Années 20 (Les) - Jean Renoir ou l'Amour du paradoxe de Claude-Jean Philippe
    Jean Renoir, la tendresse et le déchirement de Claude-Jean Philippe
    Naissance du cinéma parlant de Claude-Jean Philippe
    Jacques Becker ou l'Elégance morale de Claude-Jean Philippe
    Jean Renoir, propos ultimes de Claude-Jean Philippe
    Histoire du film-annonce de Moïse Maatouk
    Règle du jeu, (1939), Jean Renoir (La) de Pierre Oscar Lévy
    Pierre Braunberger, producteur de films de Pierre-André Boutang
    Tournage à la campagne (Un) de Jean Renoir
    Cinéma, une histoire de plans (Le) de Alain Bergala
    Joseph Kosma de Serge Le Péron
    D'Angèle à Toni ded Alain Bergala
    Gabin, gueule d'amour de Michel Viotte
    Renoir(s), en suivant les fils de l'eau de Jean-Pierre Devillers, Anne-Marie Faux
    Autour du Fleuve de Arnaud Mandagaran
    Michel Simon ou l'Innocence du diable de de Claude-Jean Philippe

    Ecole et cinéma

    Voir la fiche du film sur le site des Enfants de cinéma