PARK Nick

acteur, animateur, producteur, réalisateur, scénariste

Biographie

Nicholas Wulstan Park, dit Nick Park, est né le 6 décembre 1958 à  Preston dans le Lancashire (Grande Bretagne). Son père, photographe, mais surtout bricoleur impénitent, et sa mère couturière ne feront rien pour freiner la créativité de leur fils. C’est ainsi qu’à  l’âge de 13 ans, en découvrant que la petite caméra dont son père se servait pour les films familiaux pouvait enregistrer image par image, Nick Park se lance dans sa première réalisation de film d’animation autour du personnage de Walter le Rat qu’il crée à  partir des différents matériaux qu’il passe son temps à  engranger sous son lit… à  15 ans, il a déjà  réalisé une douzaine de petits films dont Archie’s Concrete Nightmare, le premier de ses films à  être diffusé par la BBC en 1975.

Une fois ses études secondaires terminées, Nick Park s’inscrit dans une école d’Art à  Sheffield, puis, en 1980, son diplôme en poche, il entre à  la National Film and Television School de Beaconsfield. Il entreprend alors le projet de ce qui sera son film de fin d’études : A Grand Day Out.  » Je me suis replongé dans les carnets de croquis que j’avais remplis à  Sheffield. J’y ai retrouvé Wallace et Gromit sauf qu’à  l’époque, Gromit était un chat. Je les ai fabriqués en Plasticine et j’ai commencé la réalisation de A Grand Day Out. Cela m’a pris beaucoup plus de temps que je ne pensais.  »

Effectivement, il mettra six ans à  réaliser ce premier film, ayant commencé entre temps (1985) à  travailler pour le Studio Aardman. Grâce au matériel mis à  sa disposition, à  ses heures perdues, il termine ce film en 1989. Il remportera le prix du meilleur court métrage d’animation de la British Academy en 1990 et sera nominé aux Oscars l’année suivante.

Sa collaboration avec les Studios Aardman à  partir de 1985, autant comme réalisateur que comme animateur, va porter sur de nombreuses productions : publicités, clips vidéo, émissions de télévision pour enfants, etc. Et c’est à  partir d’une série que réalisent les Studios Aardman pour la cha’eene britannique Channel Four,  » Lip Synch  » (que l’on pourrait traduire grossièrement par  » synchronisme labial « ), qu’il va réaliser son fameux Creature Comforts.

Pour ce film, il reçoit à  nouveau le prix du meilleur court métrage d’animation de la British Academy, et cette fois-ci remporte l’Oscar aux à‰tats-Unis. Ce film sera également à  l’origine d’une série de spots publicitaires pour la Compagnie anglaise d’électricité où l’on verra ses animaux vanter qui son chauffage électrique, qui son lave-vaisselle, etc., finissant de populariser ces personnages.

En 1993, Nick Park reprend ses personnages de Wallace et Gromit dans de nouvelles aventures. Ce sera The Wrong Trousers. Pour cette réalisation, il partage le travail d’animation avec un autre animateur, Steve Box. Car ce genre d’animation requiert un très long travail : dans le meilleur des cas, en effet, un animateur arrive à  réaliser 2 à  3 secondes utiles par jour (contre 2 à  3 minutes pour un film de fiction traditionnel) ! Outre le travail d’animation proprement dit, il y a le travail de la mise en scène, des lumières, des mouvements de caméra. Car ce n’est pas le moindre mérite de ces films que d’être de véritables films de cinéma, ceci étant particulièrement sensible dans la complexité des axes d’éclairage, le travail de la bande son, etc. Ce nouvel épisode de Wallace et Gromit rapportera d’ailleurs à  Nick Park son deuxième Oscar et une trentaine de récompenses internationales.

Enfin, en 1995, sort sur les écrans son dernier film, toujours avec Wallace et Gromit, A Close Shave. Wallace, toujours aussi bricoleur, y rencontre une douce marchande de laine, Wendolene, tandis que Gromit est aux prises avec l’insupportable compagnon à  quatre pattes de la charmante dame, Preston. Pour ce film, Nick Park a élargi son équipe d’animateurs, tout en restant toujours aussi vigilant quant à  l’homogénéité esthétique de son film et à  sa finition.

C’est sans doute cette qualité constante qui fait que ses films sont réellement appréciés tout autant des adultes que du jeune public. à  la question :  » Pensez-vous que vos films soient destinés aux enfants ? « , Nick Park répond :  » Non, pas du tout. Pas plus qu’aux adultes, d’ailleurs. Je ne pense même pas aux spectateurs. Enfin, si, j’y pense, mais comme si c’était moi qui allais voir le film. Je crois que, dans une certaine mesure, je fais le film pour moi. Je me considère comme la totalité des spectateurs.  »

Il a en projet un long métrage, mais hésite à  y reprendre ses personnages fétiches :  » J’aime beaucoup travailler avec Wallace et Gromit, ils sont vraiment agréables et je les considère un peu comme mes propres enfants. Mais plus le film devient ambitieux, plus il est difficile de tout contrôler. Il serait donc préférable que pour mon premier long métrage je fasse quelque chose de tout à  fait différent.  » à  suivre, donc…

Propos

Wallace et Gromit sont devenus extrêmement populaires. Imaginez-vous un jour concéder ces personnages pour, par exemple, une série TV ?

 » Non, jamais. Après le succès de A Grand Day Out, certaines personnes nous ont demandé de but en blanc : combien pour 52 épisodes ?… Ils étaient sérieux. Certains ont même déposé l’argent sur la table. Nous savions que 52 épisodes c’était de la folie. Mais dès qu’ils eurent réalisé le temps qu’il fallait pour faire 5′ de film, ils nous ont regardés de travers ! Je me suis toujours dit que si nous faisions une série, les gens diraient : ce n’est pas aussi bien que l’original, et effectivement, ça ne le serait pas. Tout le problème avec ce genre d’animation est que c’est très personnel. Du fait que nous utilisons de la pâte à  modeler, l’animateur doit savoir modeler correctement et également avoir une bonne connaissance du dessin animé en 3D. De plus, sur de gros projets, il doit y avoir une certaine unité de style, ce qui est difficile. On ne trouve pas facilement de bons animateurs de modèles et encore moins de bons animateurs de pâte à  modeler.  »

Pour The Wrong Trousers, vous êtes vous occupé seul de l’animation ?

 » Nous avons partagé le travail en deux. Steve Box s’est occupé du pingouin, de certaines parties de Gromit et de Wallace. D’autres animateurs étaient responsables de quelques pièces. Peter Lord nous a beaucoup aidé pour la poursuite en train. En ce moment, nous essayons de former un des assistants pour qu’il devienne animateur et qu’il s’occupe alors essentiellement de Wallace. Mais pour l’instant, je dois encore intervenir et le guider Ce n’est pas facile de copier le style de quelqu’un, surtout dans l’animation en pâte à  modeler C’est comme si vous essayiez de reproduire la signature ou l’écriture de quelqu’un. C’est quelque chose de très personnel. « 

Filmographie

  • 1975 Archie's Concrete Nightmare
  • 1990 Creature Comforts
  • 1992 A Grand Day Out
  • 1993 The Wrong Trousers
  • 1993 The Aardman Collection
  • 1995 A Close Shave
  • 1996 The Best of Aardman Animation
  • 1996 The Aardman Collection
  • 2000 Chicken Run
  • 2003 Creatures Comforts
  • 2005 Curse of the Wererabbit

    Mise à jour le 19 mai 2009

Outils

Livre : L'Art des studios Aardman - 40 ans de créativité, Aardman Animations, Maxime Berrée, Editions La Martinière