OZU Yasujiro

réalisateur

Biographie

(1903-1963)

Né le 12 décembre 1903 à  Tokyo d’une famille de commerçants (marchand d’engrais), Yasujiro Ozu passe son enfance à  Matsusaka, près de la grande ville de Nagoya où il découvre le cinéma à  travers les films occidentaux comme Quo Vadis ? (E. Guazzoni, 1912), Civilisation (Thomas Harper Ince, 1916), ou ceux de David Wark Griffith, Chaplin, F. W. Murnau, Josef von Sternberg et surtout Ernst Lubitsch, ainsi que les films d’acteurs et s’actrices comme William S. Hart, Pearl White, Lilian Gish.

Une des premières  » stars  » du cinéma japonais, Matsunosuke Onoe, déclencha son intérêt pour le cinéma, mais il pouvait à  peine se souvenir de trois films japonais à  l’âge de vingt ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il put voir Citizen Kane (O. Welles), le film qui l’impressionna le plus, Les Raisins de la colère, Stagecoach, Qu’elle était verte ma vallée, La Route du tabac (J. Ford), Rebecca (A. Hitchcock), Le Grand Passage (K. Vidor) et les films de William Wyler qui enthousiasmait alors une part de la critique française. Se justifie ainsi pleinement le jugement du critique américain David Bordwell qui fait d’Ozu  » le plus cinéphile des grands cinéastes avant la Nouvelle Vague « , alors qu’il est considéré dans son pays comme  » le plus japonais des cinéastes japonais « . C’est oublier que Yasujiro Ozu est né dans la trentième année de l’ère Meiji, période d’ouverture et de modernisation du Japon, et que la jeunesse intellectuelle japonaise trouve cette modernité en particulier dans la culture occidentale.

Après avoir échoué à  l’examen d’entrée à  l’école de commerce de Kobé, Ozu entre en 1923, contre la volonté de son père mais sur la recommandation d’un oncle compréhensif, à  la toute jeune compagnie Shochiku à  Tokyo. Il choisit de travailler particulièrement avec Tadamoto Ookubo, réalisateur prolifique spécialisé dans les comédies de  » non sense  » inspirées par le burlesque américain. Nous connaissons peu en France une grande part de l’oeuvre muette d’Ozu, en majeure partie disparue, et négligeons l’aspect burlesque de son cinéma. Burlesque et tragique, dérision et componction, vivacité et hiératisme, trivialité et spiritualité sont toujours pour Ozu les deux faces d’un même phénomène ; et la trivialité, souvent au coeur des situations les plus tragiques.

Ozu débute dans un genre tenu pour plus facile, en 1927, avec un film historique, que la taxinomie du cinéma japonais qualifie de  » jidai-geki  » (film historique portant sur une période antérieure à  l’ère Meiji), Le Sabre de pénitence. Il y rencontre celui qui sera son principal scénariste, Kogo Noda. La section des  » jidai-geki  » transférée à  Kyoto, Ozu préfère rester à  Tokyo (et près de sa mère), Il devient un spécialiste du  » gendai-geki  » (films dont le sujet concerne la période contemporaine), et surtout du  » shomin-geki « , mettant en scène le  » petit peuple « , particulièrement l’univers des employés de bureau.

à  partir de ce moment, la vie de Yasojiru Ozu se confond avec son oeuvre. Seule la mort de son père en 1934 semble jouer un rôle affectif, mais celui-ci travailla longtemps dans la lointaine capitale qu’Ozu n’a rejoint qu’en 1923. Il vécut essentiellement auprès de sa mère jusqu’à  la mort de celle-ci en 1962. On ne lui conna’eet aucune relation féminine, malgré une brève liaison avec une geisha et une demande en mariage adressée à  une actrice… Il travaillera par ailleurs pratiquement toute sa vie (à  l’exception de trois films dans sa dernière période) pour le même studio, l’idée de changer d’employeur ne l’ayant apparemment jamais effleuré. Sa seule caractéristique, d’ailleurs partagée par son scénariste Noda, est un net penchant pour l’alcool. En date du dernier jour d’écriture du scénario de Voyage à  Tokyo, son journal porte cette mention :  » Terminé. 103 jours ; 43 bouteilles de saké.  »

Après avoir été un réalisateur de comédies diverses, surtout burlesques, c’est à  la fin des années 20 qu’il peut tourner des films qu’il considère comme plus personnels (J’ai été diplômé, mais… et La Vie d’un employé de bureau), plus proche de ses aspirations et du  » shomin-geki « , face sombre de ses comédies antérieures.

La crise économique mondiale lui permet, avec son scénariste Noda, de pousser dans ce sens avec des films tels que Le Choeur de Tokyo (1931) et Gosses de Tokyo (1931), descriptions ironiques de situations pénibles (chômage, soumission au patron). C’est à  cette période que se systématise une des caractéristiques stylistiques du cinéma d’Ozu, la position basse de la caméra ( » à  hauteur de tatami « , a-t-on coutume de dire).

Après avoir longtemps résisté au cinéma parlant, Ozu réalise Un fils unique (1936), un de ses films les plus sombres : incompréhension totale entre une mère et son fils. Son oeuvre se teinte de plus en plus de cette tonalité connue dans la tradition culturelle japonaise comme le  » mono no aware « , issu du bouddhisme zen, qui signifie à  la fois la célébration et le renoncement aux choses du monde, une sorte de sentiment de tristesse sereine. Après un séjour de deux ans à  l’armée en Chine, sous là¯fet de la censure, Ozu réalise des films conformes à  l’idéologie d’unité nationale sans glisser dans la propagande, comme Il était un père.(1942). Après la guerre et six années d’inactivité, c’est, après 1949, avec des films comme Printemps tardif (1949) ou à‰té précoce (1951) qu’il retrouve sa notoriété et son scénariste Noda. Il devient alors un cinéaste confirmé dans son pays et couvert de prix. Il est en 1959 le premier réalisateur de films à  entrer à  l’Académie Nationale des Beaux-Arts. Cette situation lui vaut alors d’être considéré par la jeune génération du cinéma japonais comme un cinéaste académique, conformiste et réactionnaire.

Au début de l’année 1963, quelques mois après avoir terminé son cinquante-troisième film, Le Goà»t du saké, Yasujiro Ozu ressent les premières attaques d’un cancer du poumon qui l’emportera le 12 décembre, jour de son soixantième anniversaire. Sur sa tombe figure simplement le caractère japonais  » mu « , que l’on peut traduire par  » vide « ,  » vacuité  » ou  » néant « .

Filmographie

Réalisations

  • 1927 Le Sabre de pénitence (Zange no yatagan)
  • 1928 Rêve de jeunesse (Wakôdo no yume)
  • 1928 Épouse perdue (Nyôbo funshitsu)
  • 1928 La Citrouille (Kabocha)
  • 1928 Un couple déménage (Hikkoshi fûfu)
  • 1928 Un corps magnifique (Nikutaibi)
  • 1929 Montagne du trésor (Takara no yama)
  • 1929 Jours de jeunesse (Wakaki hi)
  • 1929 Combat amicaux à la japonaise (Wasei kenka tomodachi)
  • 1929 J'ai été diplômé mais... (Daigaku wa deta keredo)
  • 1929 La Vie d'un employé de bureau (Kaishain seikatsu)
  • 1929 Le Galopin ou Un garçon honnête (Tokkan kozô)
  • 1930 Une introduction au mariage (Kekkon gaku nyûmon)
  • 1930 Marchez joyeusement ou Va d'un pas léger (Hogarakani ayume)
  • 1930 J'ai été recalé, mais... (Rakudai wa shitakeredo)
  • 1930 L'Épouse de la nuit ou Femme d'une nuit (Sono yo no tsuma)
  • 1930 L'Esprit vengeur d'Éros ou Éros, esprit vengeur (Erogami no onryo)
  • 1930 Chance perdue ou La chance m'a touché mes jambes (Ashi ni sawata kôun)
  • 1930 Jeune Demoiselle (Ojôsan)
  • 1931 La Femme et les favoris ou La Femme et la barbe (Shukujo to hige)
  • 1931 Les Malheurs de la beauté ou Les Infortunes de la beauté (Bijin aishû)
  • 1931 Le Choeur de Tokyo (Tokyô no kôrasu)
  • 1932 Le Printemps vient des femmes (Haru wa gofujin kara)
  • 1932 Je suis né, mais... ou Gosses de Tokyo (Umaretewa mitakeredo...)
  • 1932 Où sont les rêves de jeunesse ? (Seishun no yume ima izuko)
  • 1932 Jusqu'à notre prochaine rencontre (Mata au hi made)
  • 1933 Femme de Tokyo ou Une femme de Tokyo (Tôkyô no onna)
  • 1933 Femmes au combat ou Femmes et voyous (Hijôsen no onna)
  • 1933 Coeur capricieux ou Caprice passager (Dekigokoro)
  • 1934 L'Amour d'une mère ou Une mère devrait être aimée (Haha o kowazuya)
  • 1934 Une histoire d'herbe flottante ou Histoire d'un acteur ambulant (Ukigusa monogatari)
  • 1935 Une jeune fille pure (Hakoiri musume)
  • 1935 Une auberge à Tokyo (Tôkyô no yado)
  • 1935 La danse du Lion (Kagamishishi - documentaire sur le Kabuki)
  • 1935 Vive la fac ou Le Collège est un endroit agréable (Daigaku yoitoko)
  • 1935 Un fils unique (Hitori musuko)
  • 1936 Qu'est-ce que la dame a oublié ? (Shukujo wa nani o wasuretaka)
  • 1941 Les Frères et soeurs Toda (Todake no kyôdai)
  • 1942 Il était un père (Chichi ariki)
  • 1947 Récit d'un propriétaire (Nagaya shinshiroku)
  • 1948 Une poule dans le vent (Kaze no naka no mendori)
  • 1949 Printemps tardif (Banshun)
  • 1950 Les Soeurs Munakata (Munakata shimai)
  • 1951 Été précoce ou Début d'été (Bakushu)
  • 1952 Le Goût du riz au thé vert (Ochazuke no aji)
  • 1953 Voyage à Tokyo (Tokyo monogatari)
  • 1956 Printemps précoce (Sôshun)
  • 1957 Crépuscule à Tokyo (Tôkyô boshoku)
  • 1958 Fleurs d'équinoxe (Higanbana)
  • 1958 Bonjour (Ohayô)
  • 1958 Herbes flottantes (Ukigusa)
  • 1960 Automne tardif ou Fin d'automne (Akibiyori)
  • 1961 Dernier Caprice ou L'Automne de la famille Kohayakawa (Kohayakawake no aki)
  • 1962 Le Goût du saké ou Après-midi d'automne (Sanma no aji)

    Mise à jour le 19 mai 2009
  • Outils

    Films
    dans le catalogue Images de la culture
    Ozu, éternel contemporain de Jean-Pierre Jackson
    Le Cinéma, une histoire de plans de Alain Bergala
    Métro Lumière - Hou Hsiao-hsien à la rencontre de Yasujiro Ozu de Harold Manning