MANKIEWICZ Joseph L.

producteur, réalisateur, scénariste

Biographie

1909-1993   Licencié en lettres, il devient à Berlin correspondant du Chicago Tribune, Joseph L. Mankiewicz traduit des intertitres de films muets pour la UFA, compagnie de cinéma allemande. De retour aux Etats-Unis, il rejoint Hollywood et officie pour la Paramount en tant qu’écrivain dialoguiste. En 1946, Joseph L. Mankiewicz réalise son premier film, Le château du dragon, produit par Ernst Lubitsch. Cinéaste hors norme, il va à l’encontre des produits formatés de l’industrie du film à travers une vingtaine de réalisations aux personnages intelligents et profonds, et il cherche à explorer la vérité de l’homme. The ghost and Mrs. Muir (L’aventure de mme Muir, 1947) explore la solitude et la perte de l’être aimé. Après le film policier (Somewhere in the night, 1946), Mankiewicz s’oriente vers le documentaire sociopsychologique : Houses of strangers (La maison des étrangers, 1949. En grand connaisseur d’Hollywood, il analyse dans un film brillant et bavard, All about Eve (1950), les rapports qu’entretient une grande actrice avec son entourage. Il réalise une adaptation de Julius Caesar (1953) avec contre toute attente Marlon Brando dans le rôle titre. Il est son propre producteur à partir de 1954. Dans un Hollywood souvent taxé de misogynie, Joseph L. Mankiewicz revendique son amour des femmes : La comtesse aux pieds nus (1954) est un des plus beaux poèmes écrit avec une caméra à la gloire de la femme. En 1959, il adapte la pièce de Tennessee Williams, Suddenly last summer. En 1960, il accepte de reprendre en main l’adaptation de Cléopâtre (avec Elizabeth Taylor, Rex Harrison et Richard Burton), abandonnée par Rouben Mamoulian à la suite de démêlés avec la 20th Century Fox. Pendant deux ans, il se bat contre l’énorme machine hollywoodienne, réécrit le scénario au fur et à mesure du tournage afin d’imposer sa griffe à ce film, en vain. Après plusieurs années de silence, il revient en 1966 avec The honey pot (Guêpier pour trois abeilles) puis réalise en 1970 There was a crooked man (Le reptile), archétype du western ironique. Mankiewicz fonde sa mise en scène sur le dynamisme de la parole. Dans Le limier (1972), un lieu clos et les échanges verbaux entre deux personnages (Laurence Olivier et Michael Caine) suffisent à composer un récital sur l’envers du décor social. Réalisateur intellectuel et sophistiqué, marginal, Joseph L. Mankiewicz occupe une place à part dans le cinéma hollywoodien.

Filmographie

Longs métrages

  •  1945    Somewhere in the night (Quelque part dans la nuit)
  •  1946    Dragonwyck (Le Château du dragon)
  •  1946    Late George Apley (The) (Un mariage à Boston)
  •  1947    Ghost and Mrs Muir (The) (L'Aventure de Mme Muir)
  •  1948    A letter to three wives (Chaînes conjugales)
  •  1948    Escape
  •  1949    House of strangers
  •  1950    All about Eve (Eve)
  •  1950    No way out (La Porte s'ouvre)
  •  1951    Five fingers (L'Affaire Cicéron)
  •  1951    People will talk (On murmure dans la ville)
  •  1952    Julius Caesar (Jules César)
  •  1954    Barefoot Contessa (The) (La Comtesse aux pieds nus)
  •  1955    Guys and dolls (Blanches colombes et vilains messieurs)
  •  1957    Quiet American (The) (Un Américain bien tranquille)
  •  1959    Suddenly, last summer (Soudain, l'été dernier)
  •  1960    Cleopatra (Cleopâtre)
  •  1965    Honey pot (The) (Guêpier pour trois abeilles)
  •  1969    King : A filmed record... Montgomery to Memphis avec Sidney Lumet
  •  1970    There was a crooked man (Le Reptile)
  •  1972    Sleuth (Le Limier)