LANG Fritz

acteur, réalisateur, scénariste

Biographie

Né le 5 Décembre 1890 à  Vienne
Mort le 2 Aoà»t 1976 à  Hollywood

D’origine viennoise, né dans une famille bourgeoise, Lang étudie la peinture et l’architecture – son père était un architecte renommé – avant de mener une vie de voyages dans le monde. Blessé en 1914 sur le front italien, il écrit des scénarios pendant sa convalescence. Au début des années 20, il entame sa carrière de réalisateur dans le cinéma muet à  Berlin. Travaillant alors avec le producteur Erich Pommer, il rencontre sa première femme Thea von Harbou, qui participera à  l’écriture de tous ses films allemands jusqu’en 1933.

Il tourne donc son premier film, Halbblut (Le Métis), en 1919. Ce film, aujourd’hui disparu, met en oeuvre les thèmes de l’amour destructeur et de la femme fatale. Lang s’impose avec Les Araignées, un film en deux parties (1919 – 1920). Les Trois lumières (1921), les deux épisodes du Docteur Mabuse (1922) lui valent une immense réputation.

Grand ma’eetre de l’expressionnisme, Lang donne ensuite les deux épisodes des Nibelungen (1924), saga épique sur la légende de Siegried. En 1927, le drame expressionniste Metropolis montre une société futuriste où l’homme est asservi ; cette oeuvre représente un film-clé de son parcours et est souvent considéré comme son chef d’oeuvre majeur. Après Les Espions (1928), M. le Maudit (1931) est son premier film parlant,. Le tout nouveau régime hitlérien, très sensible à  l’aspect « national » des Nibelungen, lui propose même, par l’intermédiaire de Goebbels, de devenir le grand ordonnateur du cinéma du Reich. Lang, d’origine à  demi-juive, refuse et quitte aussitôt l’Allemagne. Son dernier film allemand, Le Testament du Docteur Mabuse (1933), est interdit par le régime nazi : les pratiques du Docteur Mabuse et de son réseau criminel s’apparentaient avec les agissements nazis. Tandis que Lang part pour la France, sa compagne Thea von Harbou, coauteur de ses films, rejoint le parti nazi.

.A Paris, Lang tournera Liliom (1934), avec Charles Boyer. Il s’exile alors à  Hollywood, avec un contrat avec le producteur D. Selznick pour la MGM. En 1935, il obtient la nationalité américaine et débute une nouvelle carrière. Malgré de nombreuses difficultés, liées au système des studios, son premier film américain, Fury (1936), sera pourtant un chef-d’oeuvre. Les deux films qui suivent, J’ai le droit de vivre (sur l’injustice sociale et l’innocence persécutée,1937) et Casier judiciaire (1938), forment, avec Fury, ce qu’on peut appeler une trilogie sociale. Mais l’exilé traversera ensuite une période de doutes, peu heureux dans ses premiers westerns, un genre où il n’était guère à  l’aise (Les Pionniers de la Western Union, 1941), alors que, bien plus tard, L’ange des maudits (Rancho Notorious, 1952), constituera un modèle du genre.

Incontestable est la réussite de ses films antinazis : Chasse à  l’homme (1941), où Hitler est dans la ligne de mire d’un capitaine anglais. Les Bourreaux meurent aussi (1943), écrit avec Brecht, met en scène l’assassinat de Heydrich, bras droit de Himmler. Autre film d’espionnage : Ministry of Fear (Espions sur la Tamise, 1944) est adapté de et par Graham Greene. Les grands films et les chefs-d’oeuvre vont se succéder : La Femme au portrait (1944), Cape et poignard (1946), House by the river (1950), Clash by night (1952), Règlements de comptes (1953), jusqu’à  cette très personnelle adaptation de La bête humaine : Human Desire (1954). Le Lang américain est toujours obsédé par la fatalité du mal, par la corruption, par la volonté de puissance, mais son style s’est dépouillé visuellement. Il n’en fallut pas plus pour que l’on parle de déclin, malgré d’éblouissantes réussites comme Moonfleet (1955), La Cinquième victime (1956) ou L’Invraisemblable vérité (1956).

De 1936 à  1956, Lang a ainsi réalisé 20 films américains (après ses 16 films allemands), changeant souvent de firme de production (Fox, Paramount, Columbia, mais aussi United Artists, Warner Bros et RKO). Il a également donné dans des genres divers, drame judiciaire, western, film d’espionnage, policier psychanalytique, film d’aventures historiques. Par ailleurs il a fondé la  » Diana Productions « , sa propre maison de production, qui a produit La Rue rouge (1945) et Le secret derrière la porte (1948). En 1958, le réalisateur rentre en Europe pour préparer et réaliser en Inde deux films en coproduction, inspirés par un scénario de jeunesse écrit avec Théa Von Harbou : Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou (1958). Il reviendra, une dernière fois, à  Mabuse, la figure centrale de son oeuvre, dans Le Diabolique docteur Mabuse (1960). Après ce dernier film, il retourne aux Etats-Unis.

Il fera des apparitions remarquées dans Le Mépris de Jean-Luc Godard, en 1963 où il joue son propre rôle de metteur en scène (il s’agit d’adapter L’Odyssée d’Homère), dans 75 years of Cinema Museum, de Roberto Guerra et Elia Herschon (1972) ou The Exiles(1989) de Richard Kaplan (1989). Dans les années soixante, il a vainement tenté de convaincre les producteurs de réaliser d’autres projets. Quand il meurt, en 1976, il est reconnu comme un grand ma’eetre du cinéma, mais sa carrière est restée diversement appréciée, certains pensant que ses films américains des années cinquante sont de moindre envergure. Les Cahiers du cinéma ont beaucoup contribué à  faire reconna’eetre la qualité des films américains.

Filmographie

Période allemande

Scénarios

  • 1917 Die Hochzeit im ekzentrik Club (réalisateur : Joe May)
  • 1917 Joe Deebs (série) (réalisateur : Joe May)
  • 1918 Hilde Warren und der Tod (réalisateur : Joe May)
  • 1918 Die racheist Mein (réalisateur : Alwin Neuss)
  • 1918 Bettler GMBH (réalisateur inconnu)
  • 1919 Wolkenbau und Flimmerstern (réalisateur inconnu)
  • 1919 Totentanz (réalisateur : Otto Rippert)
  • 1919 Lilith und Ly (réalisateur : Erich Kober)
  • 1919 Die Pest in Florenz (réalisateur : Otto Rippert)
  • 1919 Die Frau mit den Orchideen (réalisateur : Otto Rippert)
  • 1921 Le Tombeau hindou (Das indische Grabmal)
    1ère partie : Die Sendung des Yoghi (réalisateur : Joe May)
    2ème partie : Das Indische Gradmal (réalisateur : Joe May)

Réalisations

  • 1919 Le Métis (Halbblut)
  • 1919 Le Ma'eetre de l'amour (Der Herr Der liebe)
  • 1919 Les Araignées (Die Spinnen), 1ère partie : Le Lac d'or (Der goldene See)
  • 1919 Madame Butterfly (Harakiri)
  • 1920 Les Araignées (Die Spinnen), 2ème partie : Le Cargo d'esclaves (Das Brillantenschiff)
  • 1920 Das Wandernde Bild
  • 1921 Die Vier um Die Frau (ou K'e4mpfende Herzen)
  • 1921 Les Trois Lumières (Der M'fcde Tod)
  • 1922 Le Docteur Mabuse (Dr Mabuse, Der Spieler)
  • 1923 Les Nibelungen (Die Nibelungen)
  • 1927 Métropolis (Metropolis)
  • 1928 Les Espions (Spione)
  • 1929 La Femme sur la Lune (Frau im Mond)
  • 1931 M le Maudit (M)
  • 1932 Le Testament du Dr Mabuse (Das Testament des Dr Mabuse)
  • 1934 Liliom (France)

Période américaine

  • 1936 Furie (Fury)
  • 1937 J'ai le droit de vivre (You Only Live Once)
  • 1938 Casier judiciaire (You and Me)
  • 1940 Le Retour de Frank James (The Return of Frank James)
  • 1941 Les Pionniers de la Western Union (Western Union)
  • 1941 Chasse à l'homme (Man Hunt)
  • 1943 Les Bourreaux meurent aussi (Hangmen also Die)
  • 1950 Espions sur la Tamise (Ministry of Fear)
  • 1944 La Femme au portrait (The Woman in the Window)
  • 1945 La Rue rouge (the Scarlet Street)
  • 1946 Cape et Poignard (Cloak and Dagger)
  • 1948 Le Secret derrière la porte (The Secret beyond the Door)
  • 1950 The House by the River
  • 1950 Guérillas (American Guerilla in the Philippines)
  • 1952 L'Ange des maudits (Rancho Notorious)
  • 1952 Le Démon s'éveille la nuit (Clash by Night)
  • 1953 La Femme au gardénia (The Blue Gardenia)
  • 1952 Réglement de comptes (The Big Heat)
  • 1954 Désirs humains (Human Desire)
  • 1955 Les Contrebandiers de Moonfleet (Moonfleet)
  • 1956 La Cinquième Victime (While the City Sleeps)
  • 1956 L'Invraisemblable vérité (Beyond a Reasonable Doubt)

Seconde période allemande

  • 1958 Le Tigre du Bengale (Der Tiger von Eschnapur) et Le Tombeau hindou (Das Indische Grabmal)
  • 1965 Le Diabolique Dr Mabuse (Die tausend Augen des Dr Mabuse)

Films interprétés par Fritz Lang en France

  • 1963 Le Mépris (Jean-Luc Godard, France)
  • 1965 Le Dinosaure et le Bébé (André S. Labarthe, France)

Fiche réalisée par Jacques Joubert

Mise à jour le 13 mai 2009

Outils

Films
dans le catalogue Images de la culture

Cinéma, une histoire de plans (Le) de Alain Bergala

Allemagne 1925-1932 : objectifs d'avant la nuit de Noël Burch

M de Fritz Lang de Radha-Rajen Jaganathen,Makiko Suzuki

Fritz Lang, le cercle du destin de Jorge Dana