HERMAN Mark

réalisateur, scénariste

Biographie

Né en 1955, Mark Herman est très attaché à  sa province du Yorkshire. Son père y dirigeait une petite entreprise familiale dans laquelle le jeune Mark fut représentant de commerce. Il eut ainsi l’occasion de conna’eetre et d’aimer cette population qui travaillait dur, mais qui savait s’amuser avec un goà»t prononcé pour la bière, les plaisanteries polissonnes et la musique de fanfare. à  vingt-sept ans, il s’inscrivit à  la National Film and Television School (NFTS). Dans son film de fin d’études, un court métrage de 30 minutes, il raconte avec humour l’angoisse d’un jeune fiancé qui doit soudainement choisir entre la cérémonie nuptiale et un match de football. Le film reçoit l’Oscar du film d’étudiant. Cette promotion lui fait rencontrer les hommes d’affaires de la firme Disney qui l’engagent pour un long métrage.

Blame it on the Bellboy dispose d’un budget appréciable de 50 millions de dollars, avec au générique Dudley Moore et Patsy Kensit. L’échec fut total, avec un accueil critique épouvantable. Devant l’ampleur du désastre, la firme Disney décida de stopper net sa diffusion. Cruellement désabusé, Mark Herman quitte les à‰tats-Unis pour retrouver son Yorkshire natal.

Le spectacle désolant d’une région ruinée par la fermeture des puits de mines lui donne l’envie de réaliser un film qui parlerait des gens de son pays. Le projet intéresse la cha’eene de télévision Channel Four qui se joint à  la firme Miramax pour financer son second long métrage. Comme condition, les producteurs exigeaient trois noms connus qui étofferaient le générique. L’accord se fait sur Pete Postlethwaithe, Ewan McGregor et Tara Fitzgerald. Le film serait tourné avec peu de moyens par des acteurs professionnels mêlés à  des musiciens amateurs.

Le succès est fulgurant : une participation au Festival de Sundance organisé par Robert Redford pour aider le cinéma indépendant, le classement parmi les cinq plus grands succès au box office britannique, le César du meilleur film étranger !

Filmographie

  • 1991 Blame it on the Bellboy
  • 1997 Brassed Off (Les Virtuoses)
  • 1998 Little Voice
  • 2000 Newcastle Boys (Purely Belter)
  • 2001 Hope springs
  • 2009 The boy in the striped pyjamas

    Mise à jour le 6 mai 2009