FAUCON Philippe

monteur, réalisateur, scénariste

Biographie

Philippe Faucon est né à Oujda, au Maroc, en 1958. Après une Maitrise de Lettres à l’Université d’Aix-en-Provence, il débute au cinéma comme régisseur, entre autres sur Mauvais sang de Leos Carax, Un médecin des Lumières de René Allio, Trois places pour le 26 de Jacques Demy. Philippe Faucon réalise ensuite plusieurs films documentaires pour TV Fnac, dans la série « Portraits de Français », puis deux courts métrages.

L’Amour, en 1989, obtient le Prix du Public au Festival de Belfort, consacré aux premiers films. Mais il est surtout découvert à Cannes, où il est présenté dans la section « Perspectives du Cinéma Français ». Un des personnages, une adolescente qui hésite entre deux garçons, fait beaucoup songer à la Suzanne d’à nos amours (1983), tandis que l’errance de quelques jeunes désoeuvrés de la banlieue parisienne rappellent les Lensois de Passe ton bac d »ord (1979), tous deux de Maurice Pialat.

Philippe Faucon écrit ensuite avec William Karel Sabine, d’après un récit authentique d’Agnès L’Herbier, produit par Arte (Pierre Chevalier) et Humbert Balsan, comme beaucoup de ses films. Ce film plonge le spectateur au fond du désespoir avec une inexorable descente aux enfers de la drogue et de la prostitution vers une mort inéluctable. Une journée de bonheur avec son fils illumine les derniers jours d’Agnès… Philippe Faucon évite toute sensiblerie en filmant au plus près de son sujet, décrivant la douleur et le désespoir physiques plutôt que des sentiments menant à des larmes inutiles. Le film a une telle force qu’après sa diffusion sur le petit écran, le film sort en salles.

C’est le même univers, en moins noir, que l’on retrouve en 1994 avec Muriel fait le désespoir de ses parents , écrit avec Catherine Klein (l’Agnès/Sabine du précédent). Le sujet est alors nouveau pour la télévision et risqué : une adolescente découvre son homosexualité et tente de la vivre.

C’est encore avec William Karel, d’après un récit authentique de Barbara Samson, que Philippe Faucon écrit Mes dix-sept ans, produit en 1996 par France 2. Barbara a des relations plus que difficiles avec ses parents, qui la conduisent dans un centre de repos où elle s’éprend d’Antony, son a’eené de dix ans, au passé chargé : elle contracte le sida, ce sera « sa première et dernière histoire d’amour ». Le film est présenté avec succès en sélection officielle « Cinéastes au Présent » au Festival de Locarno en 1996.

Philippe Faucon écrit et réalise ensuite en 1997-98 Les Étrangers, un film qui lui tient particulièrement à coeur et qui montre un homosexuel « beur » au coeur de l’armée sur fond de guerre de Bosnie, autre sujet tabou. C’est un échec public.

Après Samia, Philippe Faucon écrit avec la même scénariste, Soraya Nini en 2001 Grégoire peut mieux faire, qui traite d’un sujet contemporain rebattu dans la presse et les médias et pratiquement jamais abordé par la fiction, à l’exception de certains épisodes de l’Instit, l’échec scolaire. Une fois de plus, Faucon aborde la situation sous un angle inattendu : deux enfants sont en difficulté, mais celui qui est en échec scolaire n’est pas l’immigré, plutôt bon élève pour cause de carte scolaire, mais le « blanc » !

Filmographie

Longs métrages

  • 1989 L'Amour
  • 1992 Sabine
  • 1994 Muriel fait le désespoir de ses parents (TV)
  • 1996 Mes dix-sept ans (TV)
  • 1996 Tout n'est pas en noir
  • 1997 Les Étrangers (TV)
  • 1999 Samia
  • 2002 Grégoire peut mieux faire (TV)
  • 2005 La Trahison
  • 2007 Dans la vie
  • 2011 La désintégration
  • 2015 Fatima

Mise à jour le 18 avril 2017