DALDRY Stephen

acteur, producteur de théâtre, réalisateur, scénariste

Biographie

Billy Elliot est son premier long métrage. Homme de théâtre, né le 2 mai 1961 à  Dorset (Angleterre), il a produit plus de 100 pièces originales dont certaines ont franchi l’Atlantique : Via Dolorosa de David Hare (pour Broadway), Rat in the Skull de Ron Hutchinson, This is a Chair de Carol Churchill, The Kitchen d’Arnold Wesker, Search and Destroy de Korder, et pour le National Theatre, Machinal et An Inspector Calls, récompensées à  de nombreuses reprises. à‰lu à  32 ans directeur du Royal Court Theatre de Londres, il y occupe encore maintenant le poste de responsable du programme de développement.

Daldry dirige et produit en parallèle pour la BBC. En 1998, son court métrage, Eight, première collaboration avec la Working Title Films, est nommé à  la cérémonie des BAFTA. Billy Elliot, qui portait à  l’origine le titre Dancer, est renommé pour lui éviter d’être confondu avec le film musical de Lars Von Trier, Dancer in the dark. Le film est un succès international, coiffé de nominations aux Oscars pour Stephen Daldry, le scénariste Lee Hall, l’actrice Julie Walters.

Le réalisateur encha’eene en 2001 avec The Hours, adaptation par David Hare du Prix Pulitzer de Michael Cunningham. Le film mêle les trois journées décisives de Virginia Woolf-Nicole Kidman, qui écrit son Mrs Dalloway avant de se suicider ; une lectrice-Julianne Moore dans les années 1950 qui songe à  briser son mariage et abandonner son fils ; le personnage de Woolf, Clarissa Dalloway-Streep transposée dans les années 2000. The Hours est neuf fois nommé aux Oscars. Pour la défiguration d’un nez, Kidman seule reçoit un Oscar.

De manière non-officielle, Stephen Daldry a adopté son jeune acteur, Jamie Bell.

On ne peut encore percevoir chez Stephen Daldry, auteur de seulement deux films, qu’une thématique récurrente. S’y dégage l’affirmation d’une identité anglaise, de son histoire (conflits sociaux), sa culture populaire (pop et punk) ou sa littérature (Woolf).

Dans The Hours, premier film américain, il ne s’agit pas, comme c’est le cas de nombreux transfuges européens à  Hollywood, de troquer une nationalité pour une autre. Les coeurs pavillonnaires américains y sont placés dans la postérité d’un écrivain anglais, mère et modèle de portraits de femmes modernes. Daldry construit une matrice anglaise littéraire et cinématographique. Elle s’inscrirait dans les mêmes problématiques familiales que Billy Elliot : absence de la mère, oppression d’un cadre de vie routinier.

Filmographie

Longs métrages
2000 : Billy Elliot
2002 : The Hours
2008 : The Reader
2011 : Extrêmement fort et incroyablement près (Extremely Loud and Incredibly Close)
2014 : Favelas (Trash)

Courts métrages
1998 : Eight
2003 : Cinema16
2006 : Fussballfieber