AUTANT-LARA Claude

réalisateur, scénariste

Biographie

La controverse, c’est son fort

Claude Autant-Lara a mis du temps pour se faire entendre mais ses films, classiques aux sujets forts, parlent d’eux-mêmes : La Traversée de Paris, L’Auberge Rouge, Le diable au corps

Claude Autant-Lara est né Claude Autant en 1901 à Luzarches (Val-d’Oise). Il s’est éteint le 5 février 2000 à Antibes à l’âge de 98 ans.

Fils d’architecte, Claude Autant-Lara se consacre très tôt au cinéma. Après de nombreux films aux échecs cuisants, il s’exile à Hollywood pour tourner des versions doublées de films avec, notamment,  Buster Keaton. La façon de travailler ne lui plaisant pas, il revient en France. Il se met à co-réaliser des films avec Maurice Lehmann dont Fric-frac, comédie du début des années 30 avec un ravissant trio de vedettes : Fernandel, Arletty et Michel Simon. Mais le succès tarde à vraiment venir.

Il faut attendre la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour qu’Autant-Lara soit reconnu en 1947  avec le film Le Diable au corps qui marque les débuts de Gérard Philipe. En 1951, il retrouve Fernandel pour une comédie satirique, L’Auberge Rouge, truculente et réussie. Son adaptation du roman de Stendhal, Le Rouge et le Noir, divise la critique, notamment celle des Cahiers du Cinéma où un certain Truffaut descend le style du réalisateur. Qu’à cela ne tienne, Autant-Lara répond avec La Traversée de Paris, grand classique du cinéma autour de l’Occupation et du marché noir, pour une splendide virée nocture avec Gabin et Bourvil.

Autant-Lara retrouvera Gabin avec En cas de malheur, où la jeune Bardot tente de faire tourner la tête à l’impertubable Jean, puis Bourvil avec La Jument verte. Il tourne bien une adaptation du Comte de Monte-Cristo avec Louis Jourdan mais ses classiques sont derrière lui. C’est une note controversée que s’achève la vie de Claude Autant-Lara, député au Parlement européen sur une liste du Front National, par un scandale lié au génocide qui le fait déloger de l’Académie des Beaux-Arts. On retiendra de lui son aptitude à réaliser de vrais films populaires au sens noble.

Filmographie

Courts et moyens métrages
1923 : Faits divers
1925 : Construire un feu
1926 : Vittel
1928 : Boul se met au verre (Soluble dans l'eau)
1932 : La Dame d'en face
1932 : Le gendarme est sans pitié
1932 : Invite Monsieur à dîner
1932 : Monsieur le duc
1932 : La Peur des coups
1932 : Un client sérieux

Longs métrages
1931 : Buster se marie (version française de Buster se marie (Parlor, Bedroom and Bath) de Edward Sedgwick)
1931 : Le Plombier amoureux (version française de The Passionate Plumber de Edward Sedgwick)
1932 : L'Athlète incomplet (version française de Local Boy Makes Good de Mervyn LeRoy)
1933 : Ciboulette
1937 : L'Affaire du courrier de Lyon (coréalisé avec Maurice Lehmann)
1938 : Le Ruisseau (coréalisé avec Maurice Lehmann)
1939 : Fric-Frac (coréalisé avec Maurice Lehmann)
1940 : The Mysterious Mr Davis
1941 : Le Mariage de Chiffon
1942 : Lettres d'amour
1943 : Douce
1946 : Sylvie et le Fantôme
1947 : Le Diable au corps
1949 : Occupe-toi d'Amélie
1951 : L'Auberge rouge [également scénariste]
1952 : Les 7 péchés capitaux (film à sketchs, sketch L'Orgueil)
1953 : Le Bon Dieu sans confession [également scénariste]
1954 : Le Blé en herbe
1954 : Le Rouge et le Noir adapté du roman de Stendhal
1955 : Marguerite de la nuit
1956 : La Traversée de Paris
1958 : Le Joueur d'après Fiodor Dostoïevski
1958 : En cas de malheur
1959 : La Jument verte
1960 : Les Régates de San Francisco
1960 : Le Bois des amants
1961 : Tu ne tueras point (sorti en 1963)
1961 : Le Comte de Monte-Cristo d'après Alexandre Dumas
1961 : Vive Henri IV, vive l'amour
1963 : Le Meurtrier
1963 : Le Magot de Josefa
1965 : Humour noir (film à sketchs, sketch La Bestiole)
1965 : Journal d'une femme en blanc
1966 : Nouveau journal d'une femme en blanc
1967 : Le Plus Vieux Métier du monde
1968 : Le Franciscain de Bourges
1969 : Les tes
1973 : Lucien Leuwen (adaptation télévisuelle en 4 épisodes)
1977 : Gloria